Déclaration

14 Fervrier 2011

Les soussignés tiennent à saluer et soutenir les demandes populaires d’un changement démocratique en Tunisie et en Egypte. Nous reconnaissons que ces demandes reflètent le rejet de l’autocratie et de la dictature. Nous croyons que ces demandes reflètent également l’impératif de la démocratie sur les inquiétudes globales concernant la stabilité et la primauté donnée à la lutte contre l’extrémisme dans la mesure où la démocratie est la seule voie permettant de prendre en considération de manière effective ces préoccupations. De plus, nous sommes convaincus que toutes ces demandes reflètent des aspirations bien plus grandes pour la liberté et les changements démocratiques à travers le monde arabe.

Nous considérons que les récents évènements en Tunisie et en Egypte révèlent des erreurs fondamentales en matière d’analyse et de politique qui sont pour l’instant développées par beaucoup en Europe et aux Etats Unis et qui défendent la thèse selon laquelle le Monde Arabe a été incapable d’initier des changements politiques. Ces reproches renforcent un scepticisme injustifié inhérent à beaucoup de commentaires occidentaux et qui s’appuient sur ce qu’il convient d’appeler “l’exception arabe” en ce qui concerne la gouvernance démocratique.

Nous pensons qu’il est vital que ces demandes populaires pour une véritable transition démocratique soient consolidées aussi rapidement que possible, quel que soit leur coût. Les puissances extérieures devraient faire tout ce qui  est en leur pouvoir pour soutenir les tunisiens et les égyptiens à cette fin.

Nous rejetons le mythe, qui domine le discours de certains cercles en Europe et aux Etats-Unis, qui présuppose que la demande de démocratie pourrait conduire à un renouveau de l’intolérance et de l’extrémisme.  Nous considérons plutôt que l’ Europe en particulier doit réitérer son appui et ses encouragements à la démocratie en tant que seule voie effective vers une véritable stabilité nationale et régionale.

Nous réaffirmons, à l’ instar de ce qui a été fait à l’occasion de la conférence de Barcelone de 2005 en vue de la révision du Partenariat Euro- méditerranéen, que les relations entre l’Europe et les pays du Sud de la Méditerranée doivent, dans le futur, se fonder sur une Communauté Euro-méditerranéenne reflétant un véritable partenariat égalitaire d’états démocratiques en Méditerranée.

Les signataires

Abdallah Saaf

Roberto Aliboni

Erwan Lannon

EGH Joffé

Azzam Mahjoub

Alvaro de Vasconcelos

M R de Moraes Vaz

Les signataires de cette déclaration sont  les auteurs du Rapport «  Barcelona plus : la communauté euro-méditérranéenne des Etats démocratiques « , 2005

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*